L’Eglise catholique de Belgique suspend les messes à cause du coronavirus

COMMENTAIRE DE RAËL :
Ce qui prouve la non-existence d’un quelconque dieu…

 

Les annulations d’événements se multiplient aux quatre coins du pays en pleine épidémie de coronavirus. C’est désormais au tour de l’Eglise catholique de Belgique d’annoncer la suspension de toutes les célébrations liturgiques publiques dans notre pays. « Cette décision est effective dès ce week-end du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins », fait savoir l’Eglise dans un communiqué.

Quid des baptêmes, des mariages et des funérailles ? Ces cérémonies « pourront se dérouler en cercle restreint ».

Les églises ne sont pas fermées pour autant. En cette période de carême, moment important pour les chrétiens du monde entier, elles restent ouvertes « pour la prière ou la méditation personnelle ».

« Les évêques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en œuvre pour arrêter l’extension du Covid19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les personnes atteintes par la maladie », conclut le communiqué.

 

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_l-eglise-catholique-de-belgique-suspend-les-messes-a-cause-du-coronavirus?id=10455338&fbclid=IwAR1WeQQKfh3-5d35xK0OSN1fAJcmO-OeJde3Ng7xEXVYHrejxVjPIzzEO2I

Découvrir la vérité

Lisez les messages que nous ont transmis nos créateurs lors de la rencontre de Raël avec un OVNI en 1973!

Autres événements

Suivez-nous

RAËL ACADÉMIE

you might also like

Le cerveau pourrait être capable de se réparer lui-même

COMMENTAIRE DE RAËL : Tellement de temps perdu en autorisation réglementaire… Alors qu’un vaccin toxique tuant des milliers de personnes est immédiatement autorisé…

L’ex-directeur du Louvre face à la justice

COMMENTAIRE DE RAËL : L’Europe est toujours prête à piller l’Afrique…

L’Inde décriminalise le travail du sexe

COMMENTAIRE DE RAËL : Une fantastique décision !

Des patients cancéreux réclament des dommages et intérêts à l’opérateur de Fukushima

COMMENTAIRE DE RAËL : Et ce n’est que le début…