Les indigènes Mapuche du Chili détruisent les symboles de la colonisation espagnole.

COMMENTAIRE DE RAËL :
Excellent ! Cela devrait être fait partout!

 

Les Chiliens sont descendus dans les rues du pays pour protester contre les inégalités économiques et contre un système démocratique mis en place après la dictature d’Augusto Pinochet qui, selon beaucoup, ne répond pas aux besoins de la population.

La semaine dernière, des Mapuches indigènes manifestant à Temuco, une ville située à 420 miles au sud de la capitale Santiago, ont démoli plusieurs statues de conquistadors espagnols et de héros nationaux chiliens qui ornaient le centre-ville.

During a day of demonstrations called by Mapuche Indigenous organizations, a large group of demonstrators wearing traditional Mapuche ponchos stood around the bust of Pedro de Valdivia, a Spaniard who led the colonization of Chile in the 1500s, cheering on hooded men who lassoed Valdivia’s bust and yanked it onto the ground.

Then, they stomped the statue and beat it with sticks.

Local press reported that conservative analysts called the destruction of the monuments an act of vandalism.

 

https://www.pri.org/stories/2019-11-07/mapuche-indigenous-people-chile-take-down-symbols-spanish-colonization?fbclid=IwAR2FwHt_RDYSSwspNKMHcMjmhMgj9fAnwHIo5v2zWZf6gOsdW2GEOBdUvjo

Découvrir la vérité

Lisez les messages que nous ont transmis nos créateurs lors de la rencontre de Raël avec un OVNI en 1973!

Autres événements

Suivez-nous

RAËL ACADÉMIE

you might also like

Le cerveau pourrait être capable de se réparer lui-même

COMMENTAIRE DE RAËL : Tellement de temps perdu en autorisation réglementaire… Alors qu’un vaccin toxique tuant des milliers de personnes est immédiatement autorisé…

L’ex-directeur du Louvre face à la justice

COMMENTAIRE DE RAËL : L’Europe est toujours prête à piller l’Afrique…

L’Inde décriminalise le travail du sexe

COMMENTAIRE DE RAËL : Une fantastique décision !

Des patients cancéreux réclament des dommages et intérêts à l’opérateur de Fukushima

COMMENTAIRE DE RAËL : Et ce n’est que le début…