Le porte-parole de la Chine moque les États-Unis avec un mème.

COMMENTAIRE DE RAËL :
Même chose lorsque les médias parlent de ‘première guerre mondiale’ ou de ‘deuxième guerre mondiale’ : lorsque vous regardez la carte, la réalité est que ce n’était pas une ‘guerre mondiale’ mais une guerre entre 2 blocs qui étaient une minorité de l’Humanité

Le vice-ministre chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a partagé ce que les États-Unis et leurs alliés veulent vraiment dire lorsqu’ils font référence à la « communauté internationale », en se moquant de Washington avec une précision dévastatrice dans un tweet vendredi.

Zhao Lijian a l’habitude de tourner en dérision les États-Unis et leurs alliés sur les médias sociaux, que ce soit par des mèmes du style du précédent ou des infographies, et traitants de sujets que Washington tente généralement d’éviter.

Parmi ses cibles récentes, citons le programme ukrainien de laboratoires biologiques de Washington, qui, selon les vérificateurs de faits et divers « experts », était le fruit de l’imagination des théoriciens de la conspiration. La sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, a déclaré que les laboratoires biologiques existaient pourtant bel et bien quelques temps plus tard.

Tweet avec le Mème

Tweet sur Biolab

Lire la suite

Source

Découvrir la vérité

Lisez les messages que nous ont transmis nos créateurs lors de la rencontre de Raël avec un OVNI en 1973!

Autres événements

Suivez-nous

RAËL ACADÉMIE

you might also like

Le cerveau pourrait être capable de se réparer lui-même

COMMENTAIRE DE RAËL : Tellement de temps perdu en autorisation réglementaire… Alors qu’un vaccin toxique tuant des milliers de personnes est immédiatement autorisé…

L’ex-directeur du Louvre face à la justice

COMMENTAIRE DE RAËL : L’Europe est toujours prête à piller l’Afrique…

L’Inde décriminalise le travail du sexe

COMMENTAIRE DE RAËL : Une fantastique décision !

Des patients cancéreux réclament des dommages et intérêts à l’opérateur de Fukushima

COMMENTAIRE DE RAËL : Et ce n’est que le début…