Être sans-abri à Paris pendant le confinement

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
COMMENTAIRE DE RAËL :
Il y aurait environ 30 000 personnes dormant dans la rue rien qu’à Paris. Avec le confinement ceux qui ne restent pas chez eux sont passibles d’une amende de 135 euros… Est-ce que la police donne de telles amendes à ceux qui dorment dans la rue ? Juste curieux….

 

Le quotidien des personnes sans domicile fixe est rendu encore plus difficile par la pandémie, relate le Financial Times qui s’est rendu dans les rues de Paris. Les associations font de leur mieux, mais les aides du gouvernement restent limitées.

En temps normal, quelque 3 500 sans-abri vivent dans les rues de Paris, où leurs tentes et leurs lits de fortune sont bien souvent ignorés par la foule des passants qui se pressent dans la Ville lumière. Ils survivent tant bien que mal, en faisant la manche pour récolter un peu d’argent ou de la nourriture, et grâce au soutien d’une myriade de services fournis par des associations caritatives et par des organismes gouvernementaux.

Mais nous ne sommes plus en temps normal. Alors que la France connaît sa quatrième semaine de confinement à cause du coronavirus, la situation des sans domicile fixe en France a encore empiré en raison d’une liberté de circulation qui se limite désormais aux soupes populaires, aux toilettes et douches publiques, ainsi qu’aux hébergements de jour.

D’où vient le chiffre de 30,000, contrairement aux 3,500 de l’article?

Lire la suite

Publication Originale

you might also like

Des chercheurs japonais impriment du bœuf de Kobe en 3D, cultivé en laboratoire

COMMENTAIRE DE RAËL : Très impatient d’y goûter !

Les gens nous demandent « comment se fait-il que nous n’ayons pas fait quelque chose » ?

COMMENTAIRE DE RAËL : Certains disaient déjà: « porter une étoile jaune ce n’est pas la fin du monde… »

‘Un monde devenu fou avec la Covid’

COMMENTAIRE DE RAËL : Donc vous ne pouvez désormais pas être réfugié si vous avez la grippe…

Ce que la débâcle en Afghanistan nous apprend sur les ‘guerres humanitaires’ de l’Amérique.

COMMENTAIRE DE RAËL : Les Afghans ont enfin la possibilité de décider de leur propre destin. Puissions-nous tous réfléchir à deux fois lorsque les néoconservateurs …