La religion n’élève pas la moralité des gens, selon une étude

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

COMMENTAIRE DE RAEL :

Bien sûr que non, la religion n’élève pas la moralité des gens ! C’est même tout le contraire ! En fait, une grande majorité des tueries et des tortures, tout au long de l’histoire de l’Humanité, ont été accomplies au nom de religions monothéistes !

 

Les sommets de la moralité sont décidément très fréquentés. Une étude récente suggère que les personnes croyantes ne sont pas plus susceptibles de faire le bien que les non-croyants. Quant aux progressistes et aux conservateurs, s’ils peuvent être en profond désaccord sur certains points, ils sont généralement à égalité pour ce qui est de se conduire moralement.

Les chercheurs ont demandé à 1252 adultes de divers horizons religieux et politiques, aux États-Unis et au Canada, de noter les actes, bons ou mauvais, qu’ils avaient commis, dont ils avaient été les témoins, dont ils avaient eu connaissance, où dont ils avaient été la cible, au cours de la journée.

Le but de l’étude, était d’établir quel rôle joue la moralité dans la vie quotidienne, pour diverses personnes, dit Dan Wisneski, professeur de psychologie à l’université Saint Peter de Jersey City, dans le New Jersey, qui a contribué à la conduite de l’étude pendant qu’il était en poste à l’université d’Illinois, près de Chicago. [8 façons dont la religion influence votre vie]

Les résultats de l’étude peuvent choquer ceux qui pensent que l’affiliation religieuse ou politique influe sur la notion du bien et du mal chez une personne.

L’équipe de recherche de Wisneski a trouvé que les personnes, croyantes ou non, font le même nombre d’actes moraux. C’est aussi vrai pour les personnes se situant aux deux extrémités du spectre politique. Et sans rapport avec leur affiliation politique ou religieuse, tous les participants furent trouvés plus enclins à rapporter avoir accompli ou avoir été l’objet d’un acte moral que d’un acte immoral. Tous étaient également beaucoup plus enclins à rapporter avoir entendu parler d’actes immoraux que d’actes moraux.

Cependant, il y avait quelques différences dans la façon dont les personnes des divers groupes répondaient émotionnellement aux « expériences morales », dit Wisneski. Par exemple, les personnes croyantes rapportaient avoir vécu des émotions liées à la perception de leur propre image plus intenses – telles queculpabilité, gêne, répugnance – après avoir commis un acte immoral, en comparaison des personnes non-croyantes. Les personnes croyantes rapportèrent également avoir ressenti plus de fierté et de gratitude après avoir accompli un acte moral, en comparaison des personnes non-croyantes.

Les progressistes et les conservateurs différaient également dans leur façon de percevoir leurs expériences morales. En d’autres termes, même s’ils semblaient vivre la même quantité d’actes moraux ou immoraux, ils avaient une façon différente de parler de ce qu’ils avaient vécu.

« Les progressistes mentionnent plus souvent les expériences morales en relation avec l’équité et l’honnêteté », dit Wisneski. « Les conservateurs mentionnent plus souvent les expériences morales en relation avec la loyauté ou la déloyauté, ou avec le sacré et la profanation. »

http://www.livescience.com/47799-morality-religion-political-beliefs.html?cmpid=558285

創造者からのメッセージ

1973年のラエルのUFOの出会いの間に私たちのクリエイターによって私たちに与えられたメッセージをお読みください!

その他のイベント

フォローする

ラエル アカデミー

you might also like